Halictus (Evylaeus) - Belgique

author(s) : Pauly A.
Evylaeus est considéré comme un sous-genre de Lasioglossum dans les classifications de Ebmer (1971) et Michener (2000), ou comme un genre à part entière dans la classification de Pesenko (2000, 2007)

Lasioglossum (Evylaeus) Robertson 1902

Belgium
Lasioglossum aeratum (Kirby 1802)
Melitta aerata Kirby, 1802 ; = Halictus semiaeneus Brullé, 1832 ; = Halictus viridiaeneus Blüthgen, 1918

Diagnose. Proche de L. leucopus mais ponctuation plus forte, propodeum mieux caréné, tergites avec de légers reflets bronzés.

Distribution. Eurosibérienne, vers le sud de l’Europe en montagne, de l’Angleterre jusqu’en Kirgisie (Ber Cogur près de Alma Ata), vers le nord jusque dans le sud de la Finlande (61°N). La sous-espèce caudatum Warncke 1982 est endémique des montagnes de Crête.

Benelux: Très rare. Pas en Belgique mais présent au Grand-Duché de Luxembourg et aux Pays-Bas. Le specimen femelle illustré ici en détail provient des Pays-Bas et nous a été communiqué pour confirmation par Ivo Raemakers (2008).

Habitat. Stations chaudes.

Plantes butinées: polylègue.

Statut. Très rare.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum albipes (Fabricius 1781)
Apis albipes Fabricius, 1781 ; = ? Apis agrestis Fourcroy, 1785 ; = Hylaeus abdominalis Panzer, 1798 ; = Halictus malachurellus Strand, 1909 ; = Halictus albipes var alpicola Blüthgen, 1920

Diagnose. Proche de L. calceatum mais en moyenne plus petit, tête plus allongée, tergite 1 souvent d'aspect laiteux chez la femelle.

Distribution. Transpalaéarctique, plaines de l’Europe depuis l’Irlande jusqu’au Japon, dans le sud en montagne ; en Europe jusque 66° nord en Suède ; Ussuri (Ternej) ; Japon (Hokkaido et Honshu). La sous-espèce rubelloides Blüthgen 1924 habite l'Asie centrale; la sous-espèce villosum Ebmer 1995 la Russie (Primorski).

Belgique. Surtout en Ardennes. Aussi les dunes littorales et les polders.

Habitat. Espèce plutôt forestière.

Fleurs butinées: polylègue, femelle souvent récoltée sur renoncules.

Statut: stable.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum brevicorne (Schenck 1868)
Halictus brevicornis Schenck, 1868 ; = Halictus lucidicollis Pérez, 1895 ; = Halictus analis Pérez, 1903 ; = Halictus brevicornis aciculatus Blüthgen, 1930 ; = Halictus optimellus Cockerell, 1938.

Diagnose. Proche de L. villosulum mais ponctuation du scutum plus superficielle et plus rapprochée, flancs du tergite 1 devant la base déclive avec des points fins et assez denses, tomentum des tergites présent sur la base des T3-T4, bord apical des tergites mieux décoloré. Chez le mâle les flagellomères ne sont pas plus longs que large.

Distribution. Depuis l’Angleterre jusqu’au Don, du Maroc jusqu’en Afghanistan, vers le nord jusque dans le sud de la Suède (56°N). La sous-espèce gomerense (Blüthgen 1937) est endémique des Iles Canaries.

Habitat. Dunes de sable de l'intérieur où le sol est bien dénudé et où il y a des Asteraceae.

Fleurs butinées: Uniquement les Asteraceae liguliflores.

Statut. Menacé de par son habitat localisé aux zones de sable dénudé.

photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum calceatum (Scopoli 1763)
Apis calceata Scopoli, 1763 ; = Hylaeus cylindricus Fabricius, 1793 ; = Melitta fulvocincta Kirby, 1802 ; = Melitta obovata Kirby, 1802 ; = Melitta vulpina Fabricius 1804 (nec Christ 1791) ; = Halictus terebrator Walckenaer, 1817 ; = Halictus rubellus Eversmann, 1852, nec Haliday, 1836 ; = Hylaeus bipunctatus Schenck, 1853 ; = Halictus rubens Smith, 1854 ; = Halictus rufiventris Giraud, 1861 ; = Halictus cylindricus var. rhodostomus Dalla-Torre, 1877 ; = Halictus calceatus ulterior Cockerell, 1929.

Diagnose. Diffère de L. albipes mais tête plus large. Tergite 1 peu ponctué. Mâle à labre souvent noir, rarement jaune.

Distribution. Transpalaéarctique, plaines de l’Europe depuis l’Irlande jusqu’au Japon, dans le sud en montagnes, en Europe jusque 68° de latitude Nord en Finlande ; Mandchourie (Charbin) ; Japon (Hokkaido) ; Sibérie ; Uzbekistan ; Kirgizie ; Chine. La forme rubens à tergites rouges est distribuée depuis l’Ukraine jusqu’en Mongolie.

Belgique. Partout, probablement l'espèce la plus commune du pays.

Habitat. C'est l'espèce la plus commune au printemps dans les prairies et les pelouses couvertes de Taraxacum.

Plantes butinées. Polylègue. Les femelles sont très fréquente sur les Taraxacum au printemps et les mâles sur les Asteraceae en été (Solidago, Asters, ...).

Nid: Elle niche en bourgade dans les pelouses. Fabre a décrit sa biologie sous le nom de l’halicte cylindrique.

Statut. Stable.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum fratellum (Pérez 1903)
Halictus fratellus (Pérez, 1903) ; = Halictus subfasciatus Nylander, 1848, nec (Imhoff, 1832) ; = Halictus freygessneri Alfken, 1904 ; = Lasioglossum nigrum auct. nec (Viereck, 1903).

Diagnose. Proche de L. fulvicorne mais femelle à tête plus longue, le scutum à ponctuation plus dense, plus fine, les interpoinst plus mat, la carène du propodeum plus rectangulaire et plus fine, les tergites plus noirs et sans taches basales de tomentum. Le mâle diffère par l'article deux des tarses plus large et les genitalia.
Une espèce cryptique, L. subfulvicorne, peut être séparé uniquement par les genitalia des mâles.

Distribution. La sous-espèce typique ouest palaéarctique, depuis l’Angleterre jusqu’en Baschkirie (env. Maginsk) ; vers le Nord jusqu’en Lapponie suédoise (66°42’N), en Finlande jusque 69°N ; dans le sud de l’Europe seulement en montagne ; Caucase. La sous-espèce betulae Ebmer 1978 habite l'est palaéarctique: Corée, Chine (Prov. Ryang-gang), Russie (Primorskij).

Belgique. Cette espèce boréo-alpine habite les Hautes-Fagnes où elle est l’halicte la plus commune. Aussi en Campine mais rare et localisé.

Fleurs butinées:
En Belgique (Hautes Fagnes et Ardennes) les fleurs butinées, classées par ordre chronologique, sont les suivantes :
fin mai: collecte pendant les heures les plus chaudes de la journée (entre 13h et 18h) le pollen de Vaccinium myrtillus et Vaccinium uliginosum (Jelle Devalez, communic. pers.)
juin : Veronica chamaedrys, 2FFF (2 occurrences)
juillet : Campanula rotundifolia, 3MMM, 1FFF (3 occurrences); Epilobium angustifolium 1MMM, 1FFF (2 occurrences) ; Hieracium 1MMM ; Hypochaeris, 1MMM
août : Leontodon autumnale, 1FFF ; Epilobium angustifolium, 2MMM.
septembre : Hieracium sp., 1FFF.
En Autriche, Ebmer (1971) signale « L. niger » sur Arabis, Vaccinium, Solidago, Tussilago et Calluna. Ebmer (1973) précise que les deux espèces sont plus abondantes sur les Asteraceae jaunes : Senecio, Leontodon, Hieracium et Solidago virgaurea, plus rarement sur Calluna.
En Pologne, Pesenko et al. (2000) signalent 18 espèces de fleurs butinées par L. fratellum : Bellis perennis, Campanula sp., Chamaenerion sp., Crocus scepusiensis, Gagea lutea, Hieracium sp., Hieracium pilosella, Leontodon sp., Potentilla argentea, P. aurea, P. erecta, Ranunculus sp., Salix aurita, Taraxacum officinale, Tussilago farfara, Vaccinium myrtillus, Vaccinium vitisidea, Veronica sp.
Dans les Vosges, un MMM capturé sur Campanula rotundifolia (La Schucht, 10.VIII.1963, FUSAG). Dans les Alpes de Haute Provence, une FFF capturée sur Asteracea jaune dans une pelouse alpine (St Michel Peyresq, Pic du Rent, 29.VI.1971, A. Pauly). Dans les Hautes Alpes, au col de St-Véran à 2236m, le 12.VIII.1966, 2MMM sur Saxifraga aizoides (R. Wahis réc., FSAG). Dans les Pyrénées, 2MMM et 1FFF de L. fratellum capturés sur Asteraceae jaunes à 1990m (Les Angles, Bouillousette, 30.VIII.1978, P. Rasmont leg.).

Nidification et biologie :
Crèvecoeur et Maréchal (1935) observent une entrée de nid sur le sentier à Hockai le 2 juillet 1931 et environs 25 entrées de terriers au Bois de Drello à Botrange le 18 juillet 1934.
Heide (1992) a étudié le nid et la biologie de L. fratellum ainsi que Field (1996). Pesenko et al. (2000) résument la biologie de cette espèce dont la particularité est que la femelle vit deux ans.

Principales références :
Field J., 1996. Patterns of provisioning and iteroparity in a solitary halictine bee, Lasioglossum (Evylaeus) fratellum (Pérez), with notes on L. (E.) calceatum (Scop.) and L. (E.) villosulum (K.). Insectes sociaux (Paris), 43 : 167-182.
Heide A. van der, 1992. Zur Bionomie von Lasioglossum (Evylaeus) fratellum (Pérez), einer Furchenbiene mit langlebigen Weibchen (Hymenoptera Halictidae). Drosera (Oldenburg), 1992 (2) : 171-188.
Pesenko Y., Banaszak J., Radchenko V. & Cierzniak T., 2000. Bees of the family Halictidae (excluding Sphecodes) of Poland : taxonomy, ecology, bionomics. Bydgoszcz, 2000.

Statut. Stable. Mais habitat limité aux Hautes-Fagnes.

Remarque: Lasioglossum fratellus (Pérez, 1903) et non Lasioglossum fratellum (Pérez, 1903)
Halictus fratellus Pérez, 1903 : ccxiv.
L’épithète « fratellus » est un substantif.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum fulvicorne (Kirby 1802)
Melitta fulvicornis Kirby, 1802 ; = Hylaeus laeviusculus Schenck, 1853 ; = Hylaeus albitarsis Schenck, 1853 ; = Hylaeus bisbimaculatus Schenck, 1853 ; = Halictus opacifrons Pérez, 1910

Diagnose. La femelle se reconnait par la tête ronde et le tergite 1 non ponctué. Le mâle a les antennes tantôt ocres, tantôt noires en dessous.

Distribution: espèce transpalaéarctique; la sous-espèce typique depuis l’Angleterre jusqu’à l’Oural, vers le Nord en Suède et en Finlande jusque 64°N ; dans le sud de l’Europe en montagne : N. Espagne, Apennins, Yougoslavie, Bulgarie, Grèce ; Caucase ; vers l’est en Russie jusque Barnaul (Altaj). La sous-espèce antelicum (Warncke 1975) habite le nord de la Turquie et de l’Iran; la sous-espèce koshunochare (Strand 1914) Taiwan [ = Halictus pityocola Strand 1914]; la sous-espèce melanocorne Ebmer 1988 la region du Lac Baikal et la Mongolie.

Belgique. Partout.

Habitat. Partout. Une des espèces les plus communes dans les landes à callunes.

Plantes butinées. Polylègue.

Statut: stable.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum glabriusculum (Morawitz 1872)
Halictus glabriusculus Morawitz, 1872 ; = Halictus leucopygus Pérez, 1903 ; = Halictus truncatus Alfken, 1905, nec Robertson, 1901 ; = Halictus granulosus Alfken, 1906.

Diagnose. petite espèce proche de L. politum par sa tête assez massive. La femelle en diffère par la base déclive du tergite 1 striée, la ponctuation du scutum mieux marquée. La tête du mâle est plus allongée.

Distribution. Sud de l’Ouest Palaéarctique; de l’Ibérie jusqu’à l’Iran et la Jordanie, vers le nord jusque la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne (Main) et l’Ukraine (Kiev). La sous-espèce ultraparvum (Cockerell 1938) est distribuée du Maroc à la Tunisie.

Belgique : une seule capture récente en 2000 à Lokeren (Daknamse Meersen), sur talus sableux le long du canal. Assez fréquente au Grand-Duché de Luxembourg dans la vallée de la Moselle. L’espèce semble en expansion en Europe.

Plantes butinées. L’espèce est polylègue, souvent récoltée sur Eryngium campestre au Grand-Duché de Luxembourg.

Statut. Stable ou peut-être en expansion vers le nord en Europe.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum intermedium (Schenck 1868)
Halictus intermedius Schenck, 1868 ; = Halictus melanoproctus Pérez, 1903 ; = Halictus servulellus Strand, 1909.

Diagnose. Une petite espèce pas facile à distinguer et souvent confondue. Voir clé.

Distribution. Ouest palaéarctique, sur sable; depuis l’Ibérie jusque dans le nord de l’Iran, vers le nord jusqu’en Lettonie. Rare.

Non capturé en Belgique mais présent aux Pays-Bas et au Grand-Duché de Luxembourg (Remerschen).

Statut. Rare et localisé. Probablement menacé.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum interruptum (Panzer 1798)
Hylaeus interruptum Panzer, 1798 ; = Apis basimacula Schrank, 1802 ; = Hylaeus geminus Erichson, 1835 ; = Hylaeus quadrimaculatus Schenck, 1853; = Halictus opacus Pérez 1895
= Halictus interruptus atlanticus Cockerell 1938

Distribution. Ouest palaéarctique; en Europe depuis l’Ibérie jusqu’à la Volga, dans le nord rare et localisé dans les biotopes chauds (jusque dans le nord de l’Allemagne en Thuringe) ; dans le nord de l’Afrique depuis le Maroc jusqu’en Egypte ; dans l’ouest de l’Asie depuis la Turquie jusqu’en Arménie et l’Iran ; Syrie. La sous-espèce trispinosum (Alfken 1907) est distribuée dans le sud-est de l’Europe et l’ouest de l’Asie.

Belgique (Arlon) et Grand-Duché de Luxembourg.

Biologie. Polylègue, assez régulière sur les Fabaceae.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum laeve (Kirby 1802)
Melitta laevis Kirby, 1802 ; = Hylaeus convexus Schenck, 1853 ; = Halictus nigriventris Arnold, 1894 ; = Halictus kriegeri Alfken, 1897

Distribution. Ouestpalaéarctique, depuis l’Angleterre jusqu’à l’Oural, dans le Sud en montagne depuis le centre de l’Espagne jusqu’en Israel (Mt Hermon ), la Turquie et l’Iran (Elburs). Rare.

Belgique. Probablement disparue.

Diagnose. Ponctuation du scutum forte et espacée sur fond lisse. Propodeum caréné. Tergite 1 lisse non ponctué. Tempes ponctuées en dessous.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum laticeps (Schenck 1868)
Halictus laticeps Schenck, 1868 ; = Hylaeus affinis Schenck, 1853, nec Smith, 1853 ; = Hylaeus nigricornis Schenck, 1853, nec Say, 1837 ; = Halictus mendax Alfken, 1912.

Distribution. Ouest palaéarctique, du sud de l’Angleterre jusqu’en Ukraine, vers le nord jusque Moscou, vers le NE jusqu’au sud de l’Oural, vers le SE jusqu’au Caucase ; dans le sud de l’Ibérie à la Bulgarie. La sous-espèce hellenicum (Blüthgen 1937) [= Halictus laticeps atticus Blüthgen 1937] est distribuée depuis la Grèce jusqu'en Asie Mineure, Chypre, Israel, Iran, et vers le nord jusque Kopet Dagh.

Belgique. Commune en Moyenne Belgique. Souvent présente sur les terrains calcaires mais aussi présente dans les sablières.

Biologie. Polylègue. Cette espèce affectionne les Ombellifères comme Heracleum sphondylium et Eryngium campestre, surtout les mâles.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum leucopus (Kirby 1802)
Melitta leucopus Kirby, 1802.

Distribution. Eurosibérienne, depuis l’Irlande jusque la Sibérie (Borovoye près de Omsk, 70°E), vers le nord jusque la moitié de la Finlande (64°N) ; montagnarde dans le sud, le nord de l’Ibérie, en Grèce jusque Chelmos dans le Péloponnèse, vers l’est jusque dans le nord de l’Iran.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum limbellum (Morawitz 1876)
Halictus limbellus Morawitz, 1876 ; = Halictus ventralis Pérez, 1903 ; = Halictus gibbulus Pérez, 1903 ; = Halictus combinatus Blüthgen, 1921 ; = Halictus limbellus var. dongaricus Blüthgen 1934; = Halictus rufulocinctus Cockerell, 1937 ; = Halictus frigescens Cockerell, 1938.

Distribution. Localités chaudes de l’Ouest Palaéarctique, de l’est de l’Autriche jusqu’en Chine (Kansu), vers le sud jusqu’en Israel, vers le nord jusqu’en Ukraine (Kiev); la sous-espèce ventrale selon Ebmer 1988 est distribuée depuis le Maroc jusque Malte, depuis le nord-ouest de l’Espagne jusqu’en Autriche, vers le nord jusque l’île de Guernsey et les environs de Cologne.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum lineare (Schenck 1868)
Halictus linearis Schenck, 1868 ; = Halictus longuloides Strand, 1909 ; = Halictus smyrnae Strand, 1909 ; = Halictus aeginus Strand, 1921; = Lasioglossum sublineare Ebmer 1974

Distribution. Ouest palaéarctique depuis la Fance jusqu’au Nord de l’Allemagne, rare ; plus commun dans le sud-est de l’Europe et l’Asie Mineure ; plus rare en Syrie, Israel, Jordanie ; en Iran jusque Kopet Dagh ; Arménie ; Géorgie.

Belgique: Rare et localisé.

Diagnose. Facilement confondu avec L. malachurum ou de grands exemplaires de L. pauxillum. Diffère de L.pauxillum par les dents triangulaires pointues du calcar interne des tibias postérieurs, le propodeum plus caréné, la taille plus grande. Diffère de L. malachurum par les épaules du pronotum obtuses, le propodeum plus caréné aux angles, la tête plus étroite, la taille plus petite.

photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum lissonotum (Noskiewicz 1925)
Halictus lissonotus Noskiewicz, 1925

Distribution. Steppes de l’Europe Moyenne et des Balkan (en montagne), depuis les Alpes Maritimes jusqu’aux Carpathes, depuis l’Allemagne moyenne jusque Taigetos et le Péloponnèse.

Grand-Duché de Luxembourg (Dudelange).

Biologie. Semble être oligolègue sur Campanula.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum lucidulum (Schenck 1861)
Hylaeus lucidulus Schenck, 1861 ; = Hylaeus tenellus Schenck, 1861 ; = Halictus gracilis Morawitz, 1865 ; = Halictus unguinosus Pérez, 1903 ; = Halictus chotanensis Strand, 1909.

Distribution. Eurosibérienne, depuis le Maroc jusqu’en Mongolie (Ich Bogd), en Europe jusqu’en Finlande (65° N), mais absent en Suède (L.A. Nilsson, communic. pers.}.

Belgique. Petite espèce, plus souvent récoltée depuis les campagnes de piégeages par bac à eau, mais peut-être aussi en expansion.

Biologie. Polylègue mais semble apprécier particulièrement les petites fleurs des Crucifères.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum malachurum (Kirby 1802)
Melitta malachura Kirby, 1802 ; = Halictus longulus Smith, 1848 ; = Hylaeus apicalis Schenck, 1853 ; = Hylaeus coriarius Schenck, 1853 ; = Halictus malachuroides Strand, 1909 ; = Halictus malachurus sharificus Cockerell, 1937.

Distribution. Ouest palaéarctique, depuis les Açores jusqu’à l’Iran, en Europe vers le nord jusqu’en Angleterre et le Danmark; dans le nord très rare; en Afrique du Nord depuis les îles Canaries (Fuerteventura), le Maroc, la Tunisie, jusqu’en Egypte ; au Proche Orient très commun en Turquie, plus rare en Syrie, Israel et Jordanie ; la localité la plus à l’est se situe en Iran (côtes de la Caspienne) ; Géorgie ; Azerbaidjan.

Belgique. Pas commun. Probablement en expansion.

Biologie. Une des espèces les plus précoces. Polylègue. Se rencontre dès le mois de mars sur Bellis perennis. Niche en bourgades sur les talus mais nidification signalée aussi dans un vieux mur près de Namur.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum marginellum (Schenck 1853)
Hylaeus marginellus Schenck, 1853 ; = Halictus marqueti Pérez, 1903.

Distribution. Steppes ponto-subméditerranéenne ; très rare dans quelques localités chaudes de l’Allemagne moyenne, de l’Autriche, la Suise, la Tchéquie,la Slovaquie, la Hongrie ; dans le sud aussi localisée et très rare, dans les Balkans depuis la Serbie jusqu’en Macédoine et la Bulgarie ; Sud de la France, Italie, Istrie.

Pas en Belgique, limitrophe. Très rare.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum minutissimum (Kirby 1802)
Melitta minutissima Kirby, 1802 ; = Hylaeus exilis Schenck, 1861 ; = Halictus hollandi Saunders, 1904 ; = Halictus costiferellus Strand, 1909 ; = Halictus kosensis Strand, 1909 ; = Halictus xanthosensis Strand, 1909 ; = Halictus arnoldi Saunders, 1910 ; = Halictus lucidellus Cockerell, 1937 ; = Halictus lilliput Benoist, 1961 .

Distribution. Ouest-palaéarctique, avec une large distribution nord-sud; Açores, de l’Angleterre à la Turquie, dans le sud, des îles Canaries jusqu’en Israel ; du sud de la Suède (58°N) jusque dans le Sahara (Hoggar).
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum minutulum (Schenck 1853)
Halictus minutulus Schenck, 1853 ; = Halictus ambiguus Schenck, 1861 ; = Halictus semipunctulatus Schenck, 1869.

Distribution. Européenne, en plaine du Nord de l'Espagne jusqu'au Don, vers le nord jusqu'en Lettonie; Grèce.

Belgique. Limitée au Bassin Mosan, sur pelouses et rochers calcaires. Pas commune.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum morio (Fabricius 1793)
Hylaeus morio Fabricius, 1793 ; = Halictus balticus Blüthgen, 1919.

Distribution. Ouest palaéarctique, des Açores à travers l’Ibérie jusqu’à l’Oural et le Caucase, en Scandinavie jusque 60°N.

Belgique. Une des espèces les plus communes.

Biologie. Niche en bourgades dans les talus et les rochers calcaires.

photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum nigripes (Lepeletier 1841)
Halictus nigripes Lepeletier, 1841 ; = Halictus vulpinus Nylander, 1852 nec (Fabricius 1804) ; = Halictus nigripes var nigreoclypeatus Dalla-Torre, 1877 ; = Halictus nylanderi Pérez, 1903; = Halictus pharaonis Strand 1909; = Halictus syriacus Pérez 1911

Distribution. Ouest palaéarctique; depuis l’Ibérie jusqu’à l’Iran, la forme pharaonis à tergites rouges en Syrie, Israel, Jordanie et Egypte.

Belgique. Captures très anciennes : St Kruis (col. Tosquinet, 1872). Malonne (col. Gerhardy, 1901).
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum nitidiusculum (Kirby 1802)
Melitta nitidiuscula Kirby, 1802 ; = Hylaeus rugosulus Schenck, 1853 ; = Hylaeus pusillus Schenck, 1853 ; = Halictus nitidulus Pérez, 1903, nec (Fabricius, 1804) ; = Halictus obsoletus Warncke, 1973.

Distribution. Ouest Palaéarctique (euryoke), dans le sud en altitude (Sierra Nevada, montagnes du Péloponnèse et de Crête en Europe ; au dessus de 1000m dans l’Atlas et la Grande Cabylie dans le Nord de l’Afrique), vers le Nord l’espèce atteint 65°N en Finlande ; vers l’ouest jusqu’en Irlande ; vers l’est jusqu’en Oural, pas en Sibérie ; vers le sud-est jusque Kopet dag (Quchan en Iran). La sous-espèce pseudocombinatum (Blüthgen 1921) est endémique de Sardaigne.

Biologie. Polylègue mais semble préférer les Crucifères.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum nitidulum (Fabricius 1804)
Prosopis nitidulus Fabricius, 1804 ; = Melitta smeathmanella auct., nec Kirby ; = Halictus continentalis Blüthgen, 1944.

Distribution. La sous espèce nominale habite depuis la Belgique jusqu'aux Monts Tatra, vers le Sud jusqu’en Calabre, vers le nord jusque dans le Sud de la Suède (56°N). La sous-espèce aeneidorsum Alfken habite les steppes de l’Allemagne Moyenne (Berlin) vers l’est jusqu’à l’Oural, vers le Sud jusque dans le nord des Balkans. La sous-espèce cretense (Warncke 1981) est endémique de Crête. La sous-espèce fudakovskii (Noskiewicz 1925) habite la zone méditerranéenne des Balkans, depuis l’Istrie jusqu’en Asie Mineure (Bursa); la population de Sicile est intermédiare avec la sous-espèce typique. La sous-espèce hammi (Saunders, 1904) [= Lasioglossum nitidulum sardinium Ebmer, 1978 syn.nov.] est insulaire (Baléares, Sardaigne, Corse).
Sur les côtes de Bretagne cette espèce est vicariante de L. smeathmanellum avec laquelle elle était autrefois confondue.

Biologie. Niche dans les fissures des rochers, les éboulis, les vieux murs.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum parvulum (Schenck 1853)
Hylaeus parvulus Schenck, 1853 ; = Melitta minuta auct. (secundum Kirby), nec Schrank, 1781 ; = Halictus striatus Schenck, 1868 ; = Halictus ferrugineipes Schenck, 1868.

Distribution. Ouest-palaéarctique (euryoke), depuis l’Ibérie jusqu’en Iran ; vers le nord n’atteint pas la Suède (radié de la liste, L.A. Nilsson, communic. pers.), vers le sud seulement en montagne (Sierra Nevada en Espagne, Aspramonte en Calabre, montagnes de Grèce et Taurus en Turquie) ; vers l’Ouest le sud de l’Angleterre ; vers l’Est ne dépasse pas Kiev et le nord de l’Iran (Shahpasand le long de la mer Caspienne).

Belgique. Semble affectionner plus particulièrement les lisières des forêts. Récoltées dans plusieurs types de carrières : sablières, calcaire et dolomie, marbre.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum pauperatum (Brullé 1832)
Halictus pauperatus Brullé, 1832 ; = Hylaeus pullus Erichson, 1835 ; = Halictus breviceps Saunders, 1879 ; = Halictus pauxillodes Strand, 1909 ; = Halictus pauxillinus Cockerell, 1938.

Distribution. Atlanto-méditerranéenne; dans la zone méditerranéenne, depuis le Maroc jusque dans le sud de la Turquie ; localisé en Europe de l’Ouest, vers le nord jusque dans le sud de l’Angleterre ; en Afrique du Nord commun par endroit, du Maroc à la Tunisie, dans la partie atlantique du Haut Atlas jusque 2800m (Oukaimeden) ; en Europe commun dans toute la zone méditerranéenne de l’Espagne, mais aussi dans la Meseta et la Sierra de Guadarrama jusque 2000m, dans les Pyrénées jusque 1400m, absent des Baléares ; France, Pays-Bas (Montagne St Pierre), Allemagne (jusqu’en Hesse), Suisse, Italie, Sardaigne, Sicile, Corse, Balkans, Bulgarie, Grèce.

Pas encore récoltée en Belgique mais bien dans la partie hollandaise de la Montagne Saint Pierre (Oprijlaan, 20.VIII.1950, dt A.W. Ebmer). D'après Frank van der Meer (communic. pers., mars 2014), cette identification est erronée.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum pauxillum (Schenck 1853)
Halictus pauxillus Schenck, 1853 ; = Hylaeus similis Schenck, 1853 , nec Fabricius, 1793 ; = Hylaeus immarginatus Schenck, 1853 ; = Hylaeus flavicornis Schenck, 1853 ; = Hylaeus immarginatus var fuscitarsis Schenck, 1853 ; = Halictus delicatus Pérez, 1903 ; = Halictus algericolellus Strand, 1909 ; = Halictus luteistigmatellus Strand, 1909 ; = Halictus pseudopunctulatus Strand, 1909 ; = ? Halictus schulthessi Blüthgen, 1924, nec Vachal, 1903

Distribution. Ouest palaéarctique, depuis le sud de l’Angleterre jusqu’à l’Oural ; dans le sud, commun du Maroc à la Tunisie ; depuis l’Ibérie à travers toute l’Europe du sud jusqu’en Asie Mineure ; Israel ; Iran ; Géorgie ; vers l’est jusqu’une localité de Turkménie (Tschandyr).

Statut. En expansion vers le nord en Europe et en Angleterre. En Belgique capturée autrefois en faibles quantités. Maintenant c’est parfois l’espèce la plus abondante dans certaines stations (par exemple 135 exemplaires récoltés le même jour sur un talus d’autoroute à Anderlecht).

Diagnose. Se reconnait par la petite taille, la marge apicale du premier tergite bien déprimée et ornée de points striés, le propodeum faiblement caréné, le calcar interne des pattes postérieures avec des dents arrondies, les épaulettes du pronotum obtuses.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum politum (Schenck 1853)
Hylaeus politus Schenck, 1853 ; = Hylaeus nanulus Schenck, 1853 ; = Andrena pygmaea Fabricius, 1804, secundum Warncke, 1973

Distribution. Transpalaéarctique, de l’Ibérie jusqu’à l’Oural, vers le nord jusque Berlin et la Belgique. La sous espèce atomarium (Morawitz 1876) [= Lasioglossum politum aramaeum Ebmer 1974] habite l'ouest asiatique: Turquie, Israel, Turkestan, Iran, Egypte. La sous-espèce pekingense (Blüthgen 1925) habite le nord de la Chine et le Japon.

Belgique : Capturée seulement à la Montagne Saint Pierre. Actuellement abondante dans plusieurs localités aux environs de Paris. Probablement en expansion.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum punctatissimum (Schenck 1853)
Hylaeus punctatissimus Schenck, 1853 ; = Hylaeus flavitarsis Schenck, 1853 ; = Halictus simillimus Schenck, 1868 ; = Halictus porcus Morawitz, 1872 ; = Halictus grisescens Schenck, 1873 ; = Halictus longiceps Saunders, 1879 ; = Halictus tinitinensis Cockerell, 1938.

Distribution. Ouest-palaéarctique (euryoke); de l’Irlande jusqu’à l’Oural, du Maroc jusqu’à l’Iran, vers le nord jusqu’en Finlande (62°N). La sous-espèce angustifrons (Vachal 1892) [ = Halictus rubescens Pérez 1895; = Halictus punctatissimum angustifrons Vachal: Ebmer 1986 nec 1976] est distribuée dans le sud de l’Ibérie et le Maghreb.

Biologie. Polylègue mais une des espèces les plus communes sur Sarothamnus. L’espèce est fréquente dans les landes et la tête allongée pourrait être une adaptation aux Ericaceae et Papilionaceae.

L’espèce cryptique L. angusticeps n’a pas encore été identifiée en Belgique. Elle habite certaines falaises de Grande Bretagne où elle est protégée. Le mâle se distingue par la forme de la membrane ventrale des genitalia.

photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum puncticolle (Morawitz 1872)
Halictus puncticollis Morawitz, 1872 ; = Halictus saundersi Dalla-Torre & Friese, 1895.

Distribution. Ouest-palaéarctique, depuis l’Angleterre, l’Allemagne moyenne jusque dans le sud de l’Oural, de l’Ibérie jusqu’à l’Iran.

Pas en Belgique. Pas très rare au Grand-Duché de Luxembourg, dans la vallée du rhin et aux environs de Paris.

Biologie. Affectionne les Asteraceae liguliflores.

Diagnose. La femelle ressemble L. villosulum mais le scutum encore plus fortement ponctué, le propodeum caréné et les tempes fortement striées en dessous.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum pygmaeum (Schenck 1853)
Hylaeus pygmaeus Schenck, 1853 ; = Hylaeus nitidus Schenck, 1853, nec (Panzer, 1798) ; = Halictus distinctus Schenck, 1868.

Distribution. Ouest palaéarctique, dans les endroits chauds; depuis le Maroc jusqu’à la Tunisie, en Europe du Portugal, vers le nord jusque dans le sud de la Hollande, vers l’est jusque dans les Carpathes et les Balkans où l’on trouve des formes de transition avec la sous-espèce patulum.
La sous-espèce patulum (Vachal 1905) [= Halictus spretus Pérez 1911; = Halictus denislucus Strand; Blüthgen 1924 (MMM); = Halictus andinus Warncke 1982] est distribuée depuis les Balkans et les Carpathes, vers l’est à travers toute l’Asie Mineure jusqu’en Afghanistan et au Cachemire ; le centre d’abondance se situe en Grèce et en Turquie.

Belgique. Pelouses et rochers calcaires de la vallée de la Meuse et affluents. Capture hors limite à Céroux-Mousty (réc. A. Remacle). Pas commune.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum quadrinotatulum (Schenck 1861)
Hylaeus quadrinotatulus Schenck, 1861 ; = Halictus pallipes Morawitz, 1865 ; = Halictus megacephalus Schenck, 1869 ; = Halictus sexsignatus Schenck, 1869

Distribution. Eurosibérienne, sur sable ; depuis la France jusqu’en Transbaikalie (Cita), en Europe jusque dans le sud de la Finlande (62°N), vers le sud jusque la Toscane et l’Asie Mineure.

Habitat. Uniquement sur sables.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum quadrisignatum (Schenck 1853)
Hylaeus quadrisignatus Schenck, 1853 ; = Hylaeus rufipes Schenck, 1853 ; = Hylaeus atratulus Schenck, 1853 ; = Halictus pleuralis Morawitz, 1872 ; = Halictus nigerrimus Schenck, 1875 ; = Halictus commixtus Dalla Torre & Friese.

Distribution. Dans le sud de l’Europe moyenne mais très rare et localisé ; en Allemagne vers le nord jusqu’en Thuringe (Köln, Jena et Blankenburg) ; Espagne, France, Suisse, Autriche, Italie, Yougoslavie, Bosnie, Macédoine, Tchéquie, Hongrie, Bulgarie, Grèce , Crimée, Turquie, Géorgie, Azerbaidjan, Iran.

Limitrophe. Très rare et localisée.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum rufitarse (Zetterstedt 1838)
Halictus rufitarsis Zetterstedt, 1838 ; = Halictus parumpunctatus Schenck, 1868 ; = Halictus lucidus Schenck, 1868 ; = Halictus atricornis Smith, 1870.

Distribution. Holarctique, dans le Palaéarctique de l’Angleterre jusqu’au Kamtchatka, dans le Néarctique de l’Alaska jusqu’au Labrador, vers le sud jusque l’Ontario et le Michigan ; boréo-alpine, mais pas strictement (aussi à basse altitude, souvent en forêt, entre les Alpes et la Scandinavie) ; n’atteint pas les montagnes de l’extrême sud de l’Europe, les plus au sud sont Prali, 1470m, dans les Alpes Cottiques, Colle del Melango, 1000m en Ligurie, Monti Parteni, 1200m près de Naples et Val d’Ordesa dans les Pyrénées ; dans le Nord de l’Europe dépasse le Cercle Polaire (Finlande, 67°N) ; dans l’Ouest Palaéarctique connu du Caucase et du NW de l’Iran ; Asie centrale (une seule localité connue : Kazakstan, Alma Ata) ; de l’Est Palaéarctique, connu du NW de la Chine et du N.Corée et aussi du Kamchatka.

Belgique. Plus fréquente dans les Ardennes.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum sabulosum (Warncke 1986)
Halictus sabulosus Warncke, 1986.

Systématique: Herrmann & Doczkal, 1999

Distribution: Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Belgique.

Belgique. Sur sables mais beaucoup plus rare que L. sexstrigatum et dans les landes boisées.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum semilucens (Alfken 1914)
Halictus semilucens Alfken, 1914 ; = Hylaeus pygmaeus Schenck, 1861, nec Schenck, 1853.

Distribution. Eurosibérienne, dans le sud en montagne ; depuis l’Angleterre jusqu’en Kirgisie (Kockorka), vers le nord jusqu'en Suède (60°N) ; dans le sud dans le centre de l’Espagne, en Italie jusqu’au Latium (Colli Albani) ; dans les Balkans jusque dans le nord de la Grèce (Chanta Pass dans les montagnes du Vermion, 1300m ; Turquie (Erciyas Dag, Pass Develi/Kayseri, 2100m ; Caucase (Alibek, Saatly) ; Tadjikistan (Dusanbe) ; Afghanistan (Nuristan)}
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum sexstrigatum (Schenck 1868)
Halictus sexstrigatus Schenck, 1868

Distribution. Un élément ouest-palaéarctique d’un groupe riche en espèce dans l’Est Palaéarctique; en Europe, depuis la Belgique jusque dans le sud de l’Oural, depuis le sud de la Suisse et le Piémont jusqu’en Arménie, vers le nord jusqu’en Lituanie ; dans l’Est Palaéarctique, connu du Japon mais pas sur le continent.

Belgique. Sur sables.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum subfulvicorne austriacum Ebmer 1974
Halictus subfulvicornis Blüthgen, 1934 ; = Lasioglossum austriacum Ebmer, 1974.

Distribution. La sous-espèce nominale subfulvicorne (Blüthgen 1934) habite la Chine, la Mongolie, le nord de la Corée, la Russie (Jakutien, 63.18N 143.14E). La sous-espèce austriacum Ebmer 1974 habite l'ouest palaéarctique, depuis la France (Massif central) jusqu’en Turquie (Bursa), le Caucase, le Kazakstan (Alma Ata).

Belgique. Espèce boréo-alpine habitant les Hautes-Fagnes. Plus rare en Campine.

Matériel examiné (nouvelle pour la Belgique) :
LIEGE. Burnenville, 17.VIII.1925, 1MMM (G. Séverin ; IRSNB) [GR.19]. - Mont-Rigi, 2.VII.1934 (P. Maréchal ; IRSNB) [KA.99]. - Hautes-Fagnes, Moûpas, 5.VIII.1938, 1MMM (A. Collart ; IRSNB) [KA.89]. - Hautes-Fagnes, Moupas et Douzo-Moûpas, 15.VIII.1938, 2MMM (A. Collart ; IRSNB) [KA.89]. - Hautes-Fagnes, Les Stockai-Tarnion, 5.VIII.1938, 1MMM (A. Collart ; IRSNB) [KA.89]. - Xhoffraix, 26.VII.1935, 1MMM (P. Maréchal ; IRSNB) [KA.99].
ANVERS. Winkel, 18.IX.1917, 2MMM (G. Séverin ; IRSNB) [FS.38].
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum subhirtum (Lepeletier 1841)
Halictus subhirtus Lepeletier, 1841 ; = Halictus malachurops Cockerell, 1937.

Distribution. Ouestméditerranéenne, depuis le Maghreb et l’Ibérie jusque dans le SW de l’Allemagne; Luxembourg, Belgique.

Belgique. Anciennes captures.

Biologie : Pas rare au Grand-Duché de Luxembourg et aux environs de Paris où les mâles sont parfois abondants sur Eryngium campestre.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum tarsatum (Schenck 1868)
Halictus tarsatus Schenck, 1868 ; = Halictus berolinensis Strand, 1909

Distribution. Eurasiatique, sur sable; depuis la Belgique et le sud-ouest de la Suisse jusqu’en Afghanistan (Kandahar), depuis la Macédoine jusque dans le sud de la Finlande (61°N).

Belgique. Dans les dunes littorales et quelques stations sablonneuses de la vallée de la Meuse aux Pays-Bas. Rare. Sur Asteraceae liguliflores (Leontodon, Hieracium).
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum tricinctum (Schenck 1874)
Halictus tricinctus Schenck, 1874; = Halictus delmasi Pérez 1903.

Distribution: ouest palaéarctique subméditerranéenne, depuis l’Ibérie jusqu’en Ukraine, vers le sud jusqu’en Crimée, la grèce, la Crête ; vers le nord jusqu’en Allemagne moyenne. La sous-espèce muganicum Ebmer 1972 habite l'ouest asiatique: Turquie, Azerbaidjan, Iran}

Grand-Duché de Luxembourg (Dudelange, 2001, réc. F. Feitz). Rare.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo
Lasioglossum villosulum (Kirby 1802)
Melitta villosula Kirby, 1802 ; = Melitta punctulata Kirby, 1802 ; = Halictus hirtellus Schenck, 1868 ; = Halictus medinai Vachal, 1895 ; = Halictus pauperatulellus Strand, 1909 ; = Halictus barkensis Blüthgen, 1930 ; = Halictus villosulus perlautus Cockerell, 1930 ; = Halictus rufotegularis Cockerell, 1938 ; = Halictus villiersi Benoist, 1941.

Distribution. Des Açores jusqu’en Mongolie, des Canaries jusqu’en Arabie, vers le nord jusqu’en Finlande (64°N); Maroc. La sous-espèce trichopse (Strand 1914) habite la Région Est-Palaéarctique : Nord Japon, Mandchourie, Taiwan, vers le sud jusqu’en Malaisie.

Belgique. Espèce assez commune dans les remblais ou terrains à sols argileux remués où fleurissent de nombreuses composées liguliflores (espèce inféodée à cette famille). Niche aussi dans les banquettes argileuses des prairies pâturées, à proximité des terriers où le sol est dénudé.
photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo  photo

References

Pauly A. 2015. Clés illustrées pour l'identification des abeilles de Belgique et des régions limitrophes (Hymenoptera: Apoidea). I. Halictidae. Document de Travail du Projet BELBEES, 14 novembre 2015, 118 pp.