Retour page mère
Rophites quinquespinosus
Spinola 1808
Auteurs(s) : Pauly A
Rophites pilichi Moczar, 1967; = Rophites moeschleri Schwammberger 1971; = Rophites bluethgeni Benedek 1973.

Diagnose. Seule espèce belge du genre. La femelle diffère de l'espèce R. algirus Pérez 1895, plus méridionale en Europe, par les soies du clypéus plus denses, plus épaisses et occultant la ponctuation. La densité est également plus visible lorsque les soies sont vues avec la tête positionnée de profil. Les mâles diffèrent de R. algirus par le basitarse à côtés plus parallèles (plus larges distalement chez R. algirus), la carène médiane du S6 légèrement plus large et plus poilue, l'extrémité du S8 aussi large que le champ pygidial (plus étroite que le champ chez R. algirus).

Distribution: Très rare. En Belgique, connu seulement de la Montagne Saint-Pierre et des pelouses calcaires de la Calestienne (Han-Sur-Lesse, Furfooz, Treignes, Comblain-la-Tour). Ouest palaéarctique, vers l’est jusque l’Altai ; En Europe : Suède (59°30’N), Pays-Bas (Montagne Saint-Pierre), France (Nord, Somme, Oise, Indre, Loir-et-Cher, Orne, Dordogne, Hautes-Alpes), N. Espagne, Allemagne, Autriche, Suisse, Hongrie, Tchéquoslovaquie, Pologne, Italie, Yougoslavie, Albanie, Bulgarie, Roumanie, Grèce, Turquie, Russie, Ukraine, Caucase et Transcaucasie, Bachkirie, Kazakstan, Sibérie (Altai).

Biologie. Oligolègue sur labiées, particulièrement en Belgique sur Stachys officinalis et Ballota nigra. Univoltine et estivale (juillet aôut). Cleptoparasite en Europe: Biastes emarginatus (espèce non belge) . Référence sur la nidification : Stöckhert, 1922.

Cartes

Afficher en grand

Photos

Afficher en grand